Présentation

Un large ensemble de phénomènes économiques majeurs relève de logiques et de déterminants qui ne sont pas réductibles à la formation d’un équilibre de marché entre offre et demande et qui ne sont en réalité pas d’ordre seulement économique. Pour analyser ces phénomènes, les économistes doivent intégrer le point de vue d’autres sciences sociales qui les étudient et, dans une certaine mesure, acquérir à la fois sur le mode pratique et sur le mode théorique la connaissance d’instruments d’analyse et de cadres de pensée qui sont extérieurs à leur discipline.

« Une réflexion sur la protection sociale

à la frontière entre économie et autres sciences sociales »

Pour mettre en œuvre de façon réaliste et, on l’espère, innovante, un programme de recherche ouvert dans cette direction, pour dépasser aussi bien la confrontation méthodologique que la juxtaposition de projets en réalité strictement disciplinaires, l’idée est de s’investir sur un objet précis qui constitutivement ne soit pas du seul ressort des économistes et, en même temps, constitue un objet essentiel pour eux. Le thème de la protection sociale a cette propriété et possède le double avantage de renvoyer à un ensemble de questions économiques de la première importance et de recouvrir des problèmes sociaux qui sont difficilement assignables au seul domaine de l’économie. De plus, et c’est une raison supplémentaire importante de ce choix, c’est un objet que, parfois de manière indirecte, de nombreux chercheurs de l’EEP abordent dans leurs travaux.

La thématique de la protection sociale, prise dans une perspective économique, renvoie à cinq domaines dans la discipline économique:

  • Le premier est l’économie du travail et des institutions de protection des travailleurs;
  • le second est celui de l’économie de la santé;
  • le troisième est celui de l’économie de l’épargne, de l’assurance et des institutions financières qui organisent ces comportements;
  • le quatrième thème est l’économie de la famille;
  • le cinquième, qui relève d’une acception élargie de la protection sociale, est l’éducation et la formation professionnelle.

Pour affronter un ensemble de problèmes aussi vaste, l’angle historique compris comme l’adoption d’une vision génétique des institutions, de leur formation et de leurs transformations, nous paraît être nécessaire. S’intéresser à la protection sociale, c’est porter l’attention sur la construction d’univers sociaux dans des durées extraordinairement longues à l’échelle des phénomènes économiques habituels. La protection sociale, définie par l’invention de l’Etat social, du Welfare state, commence au milieu du XIXe siècle et, si on pense en terme d’assistance, il faut remonter sur des durées beaucoup plus longues. Cette approche doit être complétée par la lecture des sciences politiques qui ont pour objet la fabrication de cadres collectifs de confrontation des intérêts sociaux que les institutions de la protection sociale prennent en charge.